• * Planche d’instruction du grade à l’occasion de l’Initiation de M. L.

    Vénérable Maître,

    Mes très chers Frères,

    Mon très cher Frère Marc,

     

    Notre Loge se réjouit car elle vient de célébrer une nouvelle entrée en Maçonnerie. Elle a revêtu ses plus beaux atours et a pris son air de fête pour te recevoir en tant que nouvel Apprenti. Lorsque le bandeau qui couvrait tes yeux a été enlevé, la Lumière s’est répandue dans le Temple et tu auras sans doute ressenti, un peu confusément, que la Réception d’un nouveau Frère Apprenti est un événement important dans la vie d’une Loge maçonnique.

    Tu viens, en effet, de commencer à prendre ta part de Travail des Maçons, travail symbolique qui ambitionne de construire le temple de la Vérité et de la Sagesse. Car les Francs-maçons, mon Frère, ont un idéal qui ne s’appuie sur aucun dogme auquel ils seraient tenus d’obéir et de croire aveuglément.

    Cet Idéal, ils le poursuivent sans préoccupations intéressées, non pas dans l’espoir d’une récompense sur Terre ou dans un autre monde, ni dans la crainte d’un châtiment s’ils s’en écartaient. Non ! Ils s’attachent à cet Idéal parce qu’ils estiment que la justice dans l’égalité, la sagesse dans la bonté sont des devoirs humains, et même naturels, et que la pratique de ces vertus porte en elle sa récompense la plus directe et la plus effective.

    L’accession à la Maçonnerie est bien une forme de privilège qui va te permettre d’être en droit d’éprouver un sentiment de fierté légitime. A cette fierté correspond la joie de ceux qui l’ont accueilli…  pour toujours !

    La Maçonnerie est profondément imprégnée d’un esprit fraternel que tu découvriras progressivement au contact de tes Frères. Cet esprit ne s’obtient réellement que par un travail incessant. Et c’est une joie pour nous tous de te voir dès cet instant prendre en main nos outils symboliques.

    Te voilà donc initié, MTCF Marc ! Tu viens d’être créé, consacré et reçu Franc-maçon. Et pourtant cette cérémonie ne suffit pas, nous le savons tous, pour faire de toi un Maçon. Il te faudra sans doute toute une vie maçonnique pour entrevoir une réponse, non dogmatique, à la question « qu’est-ce que cette Initiation que je viens de vivre ? ».

    Tu t’apercevras probablement très vite que cet esprit qui anime la Franc-maçonnerie peut rivaliser avec la plus belle et la plus altruiste des philosophies parce qu’elle veut mettre toutes les croyances sur pied d’égalité, pourvu qu’elles soient non dogmatiques, c’est-à-dire indulgentes et sincères.

    Tu ne tarderas pas à sentir que le code d’honneur des Maçons est vraiment l’un des plus beaux, l’un des plus limpides. Le respect du code d’honneur implique, bien sûr, des devoirs, des devoirs de respect des lois maçonniques, des devoirs de fraternité, de solidarité et de tolérance entre Frères et à l’égard des personnes qui les entourent dans la vie quotidienne.

    Si cela ne fait pas de nous des anges, au moins la Maçonnerie nous apprend à nous débarrasser peu à peu de nos plus gros défauts. C’est ce que nous appelons « tailler notre Pierre ». Chacun poursuit ensuite son propre chemin initiatique. A condition de ne jamais s’arrêter de progresser, donc d’aller le plus loin possible, il procure au moins de sérieuses victoires sur soi-même. Voilà un des plus grands secrets de la Franc-maçonnerie : c’est une initiation poursuivie sans relâche ; c’est le voyage lui-même qui compte et non pas son but.

    Etre Maçon, c’est donc être profondément humain dans la bonté, la justice et la tolérance, dans l’amour du Bien et du Vrai. C’est ce secret que nous sommes venus chercher ici, tous étant ce que nous sommes ; c’est ce secret que nous espérons que tu nous aideras à chercher, pour ton bien…  comme pour le nôtre.

    Nous savons que tu te souviendras longtemps de la cérémonie que tu as vécue et que tes souvenirs se préciseront surtout lorsque tu auras participé à l’admission d’autres néophytes dans ta Loge et dans notre Ordre, la Franc-maçonnerie traditionnelle, qualifiée de « régulière ».

    A l’issue de cette cérémonie, tes impressions sont certainement confuses, d’autant plus que tu as pénétré dans ce Temple les yeux bandés et que tout est neuf et probablement inattendu pour toi. Mais sache que l’Initiation au grade d’Apprenti est la plus belle et sans doute la plus riche en substance de toute une vie maçonnique.

    Consciente de ses devoirs et après une approche prudente, la Loge a jugé, en toute humilité, que tu étais digne de la rejoindre. Tu as frappé à la porte du Temple et c’est ainsi que, dans les ténèbres, grandes te furent ouvertes les portes de la Loge.

    Que fallait-il t’apporter ? « La Lumière ! » fut-il répondu. Et la lumière te fut donnée ! La Lumière t’a été donnée, symboliquement. La Vraie Lumière ne te viendra cependant pas tout d’un coup. Avais-tu vraiment conscience de vivre dans les ténèbres ? Connaissais-tu ta quête ? De même que tes yeux ont dû s’accoutumer à la lumière qui a jailli, de même, ta personne devra s’habituer progressivement à l’idéal maçonnique qui est loin de t’avoir été révélé dans son entièreté par ton Initiation : ce n’est pas en quelques instants qu’on devient plus sage et meilleur. C’est par un travail continu parmi tes Frères, avec eux, mais surtout, par un travail opiniâtre sur toi-même. C’est seulement ainsi que tu pourras accéder à une connaissance plus grande et plus complète d’abord de toi-même, puis d’autrui.

    Car c’est en jugulant le repos complaisant et confortable des habitudes égoïstes qu’on perçoit ce qu’on peut apporter à d’autres, peut-être moins favorisés. En les aidant, en leur tendant une main secourable, en les guidant s’ils le demandent, le Maçon augmente la richesse et la perfection dans son cœur.

    La lumière donnée est donc l’une des clefs d’un enseignement symbolique destiné à nous élever. Mais à nous élever vers quoi ? Que venons-nous chercher en Loge ? Est-ce seulement la présence d’une main tendue dans les ténèbres qui conforte notre solitude ? Ou est-ce plutôt parce que cette main tendue affirme détenir un secret ? Quel secret ? Quelle clef ? De quelle porte ? De quel domaine bien clos ?

    Certains caressent l’opportunité de meilleures relations d’affaires, source possible de plus grand confort matériel. Dans notre Obédience régulière ils seront déçus. Certains rêvent d’acquérir un pouvoir occulte leur assurant l’emprise nécessaire à asservir leurs semblables. Ils ne renforcent que leur propre esclavage. D’autres encore, mécontents de leur position sociale, viennent chercher dans nos temples le baume à leurs vaines ambitions. Ils n’engraissent que leur ego.

    Mais, fort heureusement, le plus grand nombre de Frères, tenaillés par cet insatiable « pourquoi », perdus dans leurs méandres métaphysiques, ayant épuisé les règles scientifiques, viennent finalement échouer aux parvis de nos Loges, aux portes de ce Temple qui prétend détenir la Connaissance. Dans la solitude de ta nuit, tu as frappé à la Porte du Temple et, dans un moment d’acceptation totale, tu t’es abandonné librement entre les mains de tes futurs Frères.

    Avais-tu réfléchi à ce que tu découvrirais en Franc-maçonnerie ? Ce que tu viens de découvrir correspond-il à ce que tu avais imaginé avant ton Initiation ? Au soir de cette cérémonie, il est sans doute encore un peu tôt pour donner une réponse car ce que tu découvriras en Franc-maçonnerie, c’est un perfectionnement de toi-même des points de vue sagesse et moral parce que c’est là notre ambition de devenir meilleur et de rendre meilleurs, c’est-à-dire plus complètement humains.

    Nous ne prétendons pas te donner plus de science dans quelque domaine que ce soit mais bien de t’aider à t’épanouir dans le domaine du Bien et du Beau. Notre Ordre, dans sa Constitution, se définit comme « une association initiatique qui, par son enseignement symbolique, élève l’homme spirituellement et moralement et contribue ainsi au perfectionnement de l’humanité par la pratique d’un idéal de paix, d’amour et de fraternité ».

    Alors, mon très cher Frère Marc, souviens-toi toujours que la Franc-maçonnerie vise au bonheur de l’Humanité par le perfectionnement des personnes, que notre Institution travaille à l’amélioration de l’Homme par la réflexion personnelle, en lui offrant une ambiance et des outils symboliques d’un usage universel.

    Tu nous as promis de nous apporter ton concours sans restriction aucune. Car personne ne peut être poussé vers le Bien et le Beau s’il ne désire ardemment y accéder. De ta propre impulsion, tu devras t’y engager résolument, car ce ne sont ni des mots ni des gestes rituels qui feront de toi un Maçon : c’est un devenir continu et persévérant. C’est un travail permanent et de longue haleine que de tailler et polir la Pierre brute, sa Pierre brute.

    Tes Frères te font confiance, MTCF Marc. Ils te tendent la main. Tiens-la fermement et pars avec eux vers cette Lumière qui te guidera, qui deviendra toujours plus grande, plus forte et qui réchauffera toujours plus profondément ton cœur.

     

    R :. F :. A. B.

    Orateur


  • Commentaires

    1
    LaurentDaniel Chemin
    Mardi 26 Avril 2016 à 12:30

    "Etre Maçon, c’est donc être profondément humain dans la bonté, la justice et la tolérance, dans l’amour du Bien et du Vrai. C’est ce secret que nous sommes venus chercher ici, tous étant ce que nous sommes ; c’est ce secret que nous espérons que tu nous aideras à chercher, pour ton bien…  comme pour le nôtre."

    Oui ... mais en croyant au GADLU et sans les femmes ?  c'est ça "ce secret que nous espérons que tu nous aideras à chercher, pour ton bien…  comme pour le nôtre." quel enfermement paradoxal !

    Cela dit : Belles planches symboliques et historiques et très beau nom "éponyme" du site !

    BISES FRAT:. d'un F:. du GODF de Paris

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :