• * Les qualités d’un Vénérable Maître

    Qui peut devenir Vénérable Maître ?

    Dans le rituel de l'Élévation au sublime degré de Maître Maçon, après la remise du Tablier de Maître Maçon, la possibilité de devenir Vénérable Maître est clairement annoncée.

    • Dorénavant vous pouvez participer aux Travaux de Grande Loge et y représenter votre Atelier.
    • Vous avez le droit de tenir le Premier Maillet, si vos égaux vous en jugent digne.

     

    Il me semble que la toute première qualité que doit présenter un futur Vénérable Maître, c’est, tout simplement, d’être digne de tenir le Premier Maillet.

    Les qualités d’un Vénérable Maître, d’après nos rituels

    Le rituel d’Installation d’un Vénérable Maître nous donne quelques indications quant à d’autres qualités attendues 

    Au Rite moderne :

    « Il est de coutume immémoriale parmi les Francs-maçons que, chaque année, la Loge élise parmi ses membres un Frère ayant l’expérience nécessaire pour présider à ses Travaux ».

    Avoir l’expérience requise semble être la deuxième qualité d’un futur Vénérable Maître.

    « Il est indispensable que chaque candidat à la fonction de Vénérable Maître ait été régulièrement initié Apprenti Maçon, avancé au grade de Compagnon et élevé au sublime degré de Maître Maçon dans une Loge régulièrement constituée et habilitée à cet effet. Il doit être honnête et sincère, jouir de l’estime de ses Frères, être de bonnes mœurs, courtois, aimable mais ferme quant à l’application des principes. Il doit bien connaitre l’Art royal et être fidèle à l’Ordre ».

    Après être passé par les trois premiers grades, un futur Vénérable Maître doit encore avoir quatre qualités : ce sont l’honnêteté, la sincérité, la courtoisie et l’amabilité. Il doit aussi jouir de l’estime de ses Frères, être de bonnes mœurs, être ferme dans l’application des principes, avoir une culture maçonnique certaine et faire preuve de fidélité à l’Ordre.

    Pourquoi le rituel nous donne-t-il ces indications ?

    L’objectif poursuivi par ce rituel me paraît double : d’une part, il conforte le Vénérable Maître élu ; d’autre part, il informe l’assistance, les FF\ présents… car devenir Vénérable Maître ne correspond pas à l’aboutissement d’un plan de carrière ou à la satisfaction d’une ambition. Le rituel avertit ainsi les ambitieux et carriéristes potentiels ! Il ne s’agit nullement d’obtenir un poste honorifique ni de recevoir une quelconque médaille afin d’exercer un pouvoir, mais tout simplement de servir la Loge.

    Au R.E.A.A.:

    « Diriger, en Franc-maçonnerie, ne veut pas dire marcher à sa fantaisie et entraîner après soi un troupeau docile, mais bien de suivre un programme de travaux par lequel notre R\L\ contribuera à la réalisation de notre idéal. Mon devoir est donc tout tracé. Je dois représenter au milieu de vous la SAGESSE qui conçoit, comme vous vous chargerez d'être la FORCE qui exécute et nous aboutirons ainsi à la BEAUTÉ.

    Mon rôle est de ne jamais perdre de vue le but à atteindre et d'éviter de nous égarer lorsque nous cherchons la VÉRITÉ.

    Faisant abstraction de mes préférences personnelles, je tiendrai compte de vos sentiments, car c'est en votre nom que je serai appelé à parler et à agir ».

    Le Vénérable Maître doit donc être un exemple de sagesse pour concevoir. Il doit toujours avoir bien en vue les objectifs que la Loge s’est fixés et toujours chercher la Vérité. Il doit être capable de faire abstraction de ses sentiments personnels mais plutôt tenir compte de ceux de ses Frères puisque dorénavant il va parler et agir en leur nom.

    Qui décide en réalité de l’accession au « Premier Maillet » ?

    Au Rite moderne : c’est le privilège du Vénérable Maître en charge de pouvoir choisir son successeur, en âme et conscience. Mais il est aussi préférable qu’il soumette son choix au Collège des anciens Vénérables de la Loge concernée. Qui ne se trompe pas ?

    Au R.E.R., au Rite français, au R.E.A.A. : il existe bien souvent une filière à suivre.

    Il s’agit alors pour le Collège des anciens Vénérables de déceler les qualités requises de celui qui va entrer dans cette filière. A chaque fonction ou charge prise ensuite par celui qui est entré dans la filière il y aura un vote de la Chambre du Milieu.

    Le Vénérable Maître est d’abord un homme !

    Le Collège des anciens Vénérables Maîtres choisira de préférence un Frère Maître particulièrement assidu, motivé dans la pratique de l’Art Royal ; un Frère bien organisé et ponctuel, discret et modeste ; un Frère qui a un esprit clair, une élocution aisée, mais qui ne s’écoute pas parler ; un Frère d’une disponibilité à toute épreuve et qui sait anticiper, voire même improviser en cas de difficulté momentanée dans un rituel ; un Frère apprécié si possible par tous les autres ; un Frère qui sait se montrer courtois, aimable et sincère.

    Cet homme doit devenir notre Vénérable Maître !

    Le mot « vénérable » signifie « apte à l’amour ». Le Vénérable Maître doit donc être capable de nous aimer, de nous donner de l’amour. En Franc-maçonnerie il n’y a place que pour la pratique des vertus, pour l’amour fraternel et pour le pardon. Aimer ses Frères, du point de vue du Vénérable Maître, n’est-ce pas tout mettre en œuvre pour leur permettre de vivre l’Initiation avec le maximum d’intensité et de réussir à la formuler sans la trahir ?

    Le Vénérable Maître doit donc :

    • être vertueux, capable de donner de l’amour et de pardonner nos erreurs, nos égarements ;
    • être capable de donner et de donner encore, sans rien attendre en retour ;
    • être très soucieux de notre formation maçonnique et de partager le fruit de ses recherches personnelles ;
    • être un rassembleur, soucieux de maintenir la cohésion de notre Loge ;
    • être capable et avoir la volonté de bien préparer toutes nos Tenues solennelles qui se construisent. Il doit faire preuve de zèle et de dévouement sans limites, préparer les Tenues et les réunions de la C.O.D. avec grand soin afin qu’elles soient célébrées le plus parfaitement possible.

    Le Vénérable Maître n’est pas là pour paraître mais pour agir pour le bien de notre Respectable Loge. Il doit beaucoup donner de lui-même, partager son savoir, ses compétences, son savoir-faire.

    Le Vénérable Maître doit gouverner la Loge en respectant deux valeurs indissociables : la rigueur et la clémence. Clémence pour aider les Frères en difficulté, les comprendre et les orienter vers l’Initiation ; rigueur en ce qui concerne l’essentiel : la célébration des rituels et le travail initiatique. Mais vigilance et persévérance sont aussi deux outils indispensables pour assurer sa charge.

    Le Vénérable Maître doit en toutes circonstances pouvoir faire preuve d’humilité.

    En conclusion

    Dans un autre rituel d’installation d’un Vénérable Maître, je relève encore d’autres qualités qui synthétisent toutes les autres au point de vue maçonnique : la sagesse pour comprendre, le jugement pour apprécier et toute l’habileté nécessaire pour faire observer la « Sainte Loi ».

    Le nouveau Vénérable Maître doit être capable d’éclairer l’esprit de ses Frères et de gouverner sa Loge à l’honneur et à la gloire du G.A.D.L.U. Sans doute la qualité la plus difficile à présenter !

     

    R :.  F :.  A. B.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :