• * Analyse des arcanes du Premier grade au R. M.

    LE « TUILAGE » DE L’APPRENTI

     

    Qu’est-ce que le « tuilage » ?

    Le terme « tuilage » vient de « tuiler » qui signifie questionner afin de vérifier quelques connaissances élémentaires.

    Le terme évoque le mot « tuile » et donc le mot « toit ».

    Le Temple est inachevé. Il est en perpétuelle construction et n’a pas de toit.

    Si le toit n’est pas couvert de tuiles, il pleut dans le Temple.

    Lorsque nos Travaux ne sont pas « couverts », nous disons « il pleut » !

    Le « tuilage » contient les arcanes du grade, l’essentiel du grade d’Apprenti, l’essentiel de ce que tout Apprenti doit savoir.

    Le « tuilage » fait revivre l’importance de chaque question, de chaque réponse.

     

    Pourquoi « tuile »-t-on un Apprenti ?

    Un F:. Couvreur peut être amené à « tuiler »

    • pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un Frère ;
    • pour s’assurer de ne pas laisser entrer n’importe qui dans la Loge.

    Le « tuilage » sert à démontrer à tous les FF:. qu’on est vraiment Maçon.

     

    Quand « tuile »-t-on ?

    Lors de chaque cérémonie d’Initiation, le F:. Expert tuile généralement le plus jeune des Apprentis pour rappeler à tous les FF:. les arcanes du grade.

    Certaines questions peuvent être posées par le F:. Couvreur à l’entrée de la Loge, avant le début d’une Tenue.

     

    Comment « tuile »-t-on ?

    C’est la tâche du F:. Expert !

    L’extrait de la cérémonie ci-dessous précise la place de l’Expert et les circonstances d’entrée en Loge du plus jeune des Frères Apprentis.

    Par prudence, je ne reproduirai pas le rituel in extenso mais je livrerai mes commentaires.

    Dès que commence la communication des mots, signes et attouchements au néophyte, l'Apprenti le plus récent sort discrètement.

    Le moment venu, le F:. Couvreur  l'avertit, tout aussi discrètement, qu'il peut s'annoncer.

    Le Couvreur ouvre la porte. L'Apprenti entre au signe de Fidélité, à pas libres, il se met à l'ordre, fait les pas de l'Apprenti, salue par le signe le V:. M:., le 1er et le 2nd  Surveillants.

    Le V:. M:. et les Surveillants répondent.

    Ceci fait, l'Apprenti reste entre les Surveillants et le Tableau, face à l'Orient, au signe de Fidélité.

    Le Frère Expert a le droit de se déplacer seul dans la Loge.

    Il vient se placer au Sud-Ouest pour questionner l’Apprenti qui vient d’entrer.

    Le questionnement commence.

     

    Comment reconnaître un Maçon ?

    Remarquons que les trois premières réponses se retrouvent dans le rituel d’Ouverture des Travaux de chaque Tenue au 1er degré !

    Le seul critère pour être Maçon, c’est de se faire reconnaître par ses Frères.

    Cette réponse nous montre la reconnaissance réciproque de tous les participants à la Tenue.

     

    D'où venons-nous ?

    Nous provenons tous d'une Loge de Saint-Jean.

    Une Loge de Saint Jean est une Loge dans laquelle le Livre Sacré a été ouvert au Prologue de l’Évangile de Jean.

    Notre Obédience a choisi la forme la plus poétique, la plus souple, pour rappeler la façon de présenter la création du Monde.

    Cette réponse est un rappel d’une Tradition.

    Nous avons accepté cette expression « Respectable Loge de saint Jean » parce que nous avons choisi l’Évangile de Saint Jean pour décrire l’origine et la création du Monde.

    Cela n’a qu’une valeur symbolique : le Livre de la Loi Sacrée est le symbole de toutes les connaissances que l’Homme a pu acquérir jusqu’à un certain moment. C’est pourquoi nous posons l’Equerre et le Compas sur le Livre, en signe d’adaptation à l’évolution.

     

    A propos de l'âge de l'Apprenti

    Pourquoi l’Apprenti a-t-il trois ans ? Pourquoi « trois ans » ? 

    Il s’agit probablement d’un rappel du symbolisme du Nombre Trois.

    Ici, dans la Loge, nous n’avons plus l’âge civil ; nous sommes en dehors du temps profane.

     

    A propos des qualités que doit présenter la Loge

    Dans une Loge juste et parfaite, les décisions viennent du V:. M:. qui les transmet aux deux Surveillants qui doivent, à leur tour, les répercuter sur les Colonnes du Nord et du Midi.

    Trois « Lumières » dirigent la Loge : le Vénérable Maître et les deux Surveillants.

    Cinq « Lumières » éclairent la Loge : aux trois premiers on ajoute l’Orateur et le Secrétaire. Remarquons cependant que seuls le V\M\, les deux Surveillants et le Maître des Cérémonies sont porteurs de lumières.

    Il est difficile d’expliquer pourquoi l’on considère l’Orateur et le Secrétaire comme autres « Lumières ». Peut-être parce que l’Orateur est le gardien de la Loi, des règlements ? Peut-être parce que le Secrétaire est la mémoire de la Loge ?

    Pour pouvoir procéder à des Initiations, il faut un minimum de sept Maîtres dans la Loge, indépendamment des Apprentis et Compagnons éventuellement présents.

     

    A propos de la forme symbolique d'une Loge

    Nos Loges ont théoriquement la forme d'un rectangle.

    J'en ai vu en forme de trapèze !!! Mais notre tuilage décrit cette forme comme étant un "carré long".

    Le carré long est un rectangle formé par la juxtaposition de deux carrés. Ses propriétés géométriques sont particulières en ce sens que sa diagonale équivaut à la racine carrée de 5  (cf. le Nombre d’or) et partage le rectangle en deux triangles rectangles.

     

    Que savons-nous des dimensions de toute Loge ?

    Les dimensions citées dans le Tuilage (Orient, Occident, Septentrion, Midi, Zénith, Nadir) sont sans limites.

    Les hommes se sont toujours orientés en fonction de la course du Soleil.

    Nos temples sont tous symboliquement orientés vers l’Orient.

    Comme la plupart des cathédrales et de très nombreuses églises, cette orientation est voulue de sorte que, lorsque le Soleil se lève, il donne tout son éclat (cf. les effets lumineux des vitraux des cathédrales).

    Le bâtiment n’a plus aucune limite. Nous sommes en dehors de tout espace et de toute localisation dans le temps.

    Nous nous trouvons au centre d’une sorte de « croix spatiale ».

    De l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud, d’en bas jusqu’en haut : la Franc-maçonnerie est universelle.

     

    A propos de l'obtention de l'autorisation d'entrer dans la Loge

    En frappant sur la porte de la Loge l’Apprenti reçoit la permission d’entrer mais les trois grands coups évoqués dans le Tuilage font avant tout allusion aux efforts à fournir par le Récipiendaire tels que précisés dans la citation suivante extraite de l’Évangile de Luc. Ils peuvent aussi faire allusion aux coups de maillet émis par le Vénérable Maître et les deux Surveillants, ainsi répercutés de l’Orient à l’Occident.

    La réponse de l'Apprenti rappelle que le demandeur fournit un effort, travaille et développe sa propre recherche.

    L’importance symbolique du nombre trois est à nouveau rappelée ici.

     

    Comment comprendre le Nombre trois ?

    • un est l’unité ;
    • deux est un deuxième élément qui a pu sortir de cette unité ; une création, une émanation, une division du un ;
    • trois est un équilibre entre deux forces ; un pivot qui soutient les deux fléaux ; un troisième élément qui peut avoir une relation, une influence sur les deux autres éléments.

     

    A propos de la manière de reconnaître un Frère

    Outre le fait que nous nous reconnaissons mutuellement, nous pouvons encore reconnaître un Maçon au mot de passe qu'il peut nous donner, au mot sacré qu'il ne pourra qu'épeler, à l'attouchement qu'il pourra échanger avec nous.

    Les mots évoquent la transmission orale, la transmission de la Tradition par la parole.

    Les signes évoquent des moments silencieux pendant lesquels nous nous exprimons par des gestes.

    Les attouchements évoquent la communication par le contact physique.

    La réponse telle qu'elle est formulée par l'Apprenti peut être interprétée comme étant une demande de l’Apprenti d’être mis à l’épreuve afin qu’il prouve qu’il est effectivement Maçon.

     

    A propos de la manière dont le Signe s'effectue

    Par Équerre : il s’agit de la façon dont la main est posée sur la gorge (en équerre).

    Ce premier geste rappelle le serment de l’Apprenti (« je préférerais avoir la gorge tranchée plutôt que de faillir à mon engagement »).

    Par Niveau : il s’agit du déplacement horizontal de la main jusqu’à hauteur de l’épaule.

    Par Perpendiculaire : la main retombant le long du corps évoque la verticale.

    Ici il n’est question que du Signe d’ordre.

    Le Mot de passe et le Mot sacré seront demandés après avoir effectué les deux signes.

     

    A propos des deux mots

    Le mot de passe est le nom du premier fondeur de métaux, un personnage biblique.

    Un mot de passe permet d’intégrer un individu dans une société.

    Il est utile pour pénétrer quelque part, pour passer d’un monde à l’autre.

    Le mot sacré dont on aperçoit la première lettre sur la Colonne du Septentrion ne peut jamais être prononcé. Il marque la séparation entre le monde sacré et le monde profane.

    Le mot sacré ne peut que s’épeler. C’est pourquoi l’Apprenti signale son incapacité de lire et d'écrire.

    Puisqu'il ne sait qu'épeler et que ses connaissances maçonniques sont encore assez réduites, il se contentera d'épeler avec l'aide du F:. Expert. C'est ainsi que l'Apprenti ne donne que les voyelles du mot sacré !

    En fait l’Apprenti ne dit rien. Il fait preuve de prudence ; il reconnaît sa faiblesse dans le savoir. Mais l’Apprenti devrait surtout pouvoir compter jusque trois !

     

    A propos des trois Grandes Lumières de la Franc-maçonnerie

    Le Livre de la Loi Sacrée, l’Equerre et le Compas sont les trois plus grands symboles de la Franc-maçonnerie. Le Livre sacré représente le savoir passif ; l’Equerre et le Compas sont deux instruments actifs. Rassemblés sur l’Autel des serments, ils forment une complémentarité, une jonction, un équilibre dynamique.

     

    A propos des trois grands Piliers

    Le Pilier de la Sagesse correspond au Vénérable Maître, le Pilier de la Force correspond au Premier Surveillant, celui de la Beauté au Second Surveillant.

    Il n’y en a que trois. Le 4ème Pilier est virtuel. C’est un élément à découvrir.

    Ne sommes-nous pas le 4ème Pilier pour notre propre Temple intérieur ?

    La Loge n’a-t-elle pas besoin de chacun d’entre nous comme 4ème  Pilier ?

     

    Pleut-il ?

    C’est une allusion à la couverture de la loge opérative au temps des cathédrales.

    Lorsque la Loge n’est pas couverte (si par hasard tous ceux qui s’y trouvent ne sont pas des Maçons), il y pleut.

     

    A propos de la batterie

    La batterie du grade s'effectue en respectant le Nombre caractéristique du degré auquel la Loge est ouverte.

    La batterie sourde s’exécute notamment lors de cérémonies funèbres.

     

    A propos du secret

    Quel secret ?

    • Le secret, c’est tout ce qui nous tient ensemble ; le ciment !
    • C’est tout ce que nous ne pouvons pas dévoiler !
    • C’est la Maçonnerie vécue ensemble !
    • Ce sont les joies vécues, les relations créées en Maçonnerie qui sont incommunicables.
    • Le sens profond du texte du tuilage ne peut pas être dévoilé.

     

    R:. F:. A. B.

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :