• * La Voute Etoilée

    Introduction

    Pendant vingt-cinq ans, le plafond de notre Loge n’a pratiquement toujours été qu’une surface de teinte bleu ciel sans la moindre représentation stellaire ! Peut-être les Frères fondateurs avaient-ils estimé qu’une mise en conformité de la Voute Étoilée avec la Tradition n’était pas urgente ? Cela témoignerait-il d’une prise de distance par rapport au Grand Architecte de l’Univers ?

    Il y a environ une dizaine d’années, un de nos VV:. FF:. avait soulevé le problème de l’absence de cette représentation, s’était engagé à combler ce manque par un travail opératif personnel, mais le temps lui a sans doute manqué…

    Alors que nous venons de célébrer le vingt-cinquième anniversaire de l’érection des Colonnes de « Sambre et Meuse », quelques Frères semblent avoir pris conscience de la nécessité d’apporter ce complément indispensable au symbolisme de nos Travaux.

    C’est dans le but de soutenir leur action opérative que je leur propose humblement la présente recherche, mais aussi pour faire prendre conscience à tous mes Frères de l’importance de rechercher et de comprendre les origines de nos symboles.

    J’ai quelques fois fait le triste constat que, toutes Loges confondues, trop de Frères ne semblent pas trop s’attarder à rechercher dans la symbolique maçonnique, les origines des outils qui nous sont proposés et que, par habitude, nous manipulons en Loge. C’est ainsi que, peu à peu, au fil des générations montantes, nous risquons de perdre le sens du sacré et que se créent des mouvances parallèles qui n’ont plus de Maçon que le nom, bien que l’esprit traditionnel soit plus ou moins préservé lors des cérémonies d’Initiation.

    Si pour certains d’entre nous, les symboles et les nombres utilisés par la Franc-maçonnerie sont les éléments familiers d’un langage universel inscrit dans notre cosmologie, nombre de Frères initiés aux différents Rites de nos obédiences ne réalisent pas toujours la portée symbolique des outils qu’ils observent et manipulent en Loge. Leur regard est naturellement attiré par les éléments les plus remarquables, mais ils se contentent trop souvent des explications volontairement succinctes trouvées dans les rituels.

    Nombre d’éléments présents dans nos Loges attestent que notre spiritualité est solaire. L’invocation que nous faisons lors de l’Ouverture des Travaux « à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers », introduit cette notion importante, que nous symbolisons par des signes plus ou moins parlants tels que le Soleil et la Lune, l’espace sacré recevant le Pavé mosaïque. Pour les anciens Égyptiens, notre Grand Architecte était symbolisé sous le nom de Rê par le disque solaire, non pas comme étant Dieu mais comme sa première manifestation dans le monde visible. Il se manifeste par la Lumière qu’il diffuse et qui crée la vie. Il n’est pas le « Dieu créateur de toutes choses », mais le principe de mutation des ondes dites cosmiques qu’il véhicule et qu’il transforme en énergie créatrice.

    Les Francs-maçons consacrent leurs Loges à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers dont ils symbolisent la présence par le Tableau de Loge posé sur le Pavé mosaïque, entouré sur trois de ses angles par trois Piliers (Sagesse, Force, Beauté), parfois par des colonnettes de différents styles (dorique, ionique et corinthien). Pour nous Maçons, comme pour les anciens Égyptiens, cet espace réputé sacré, symbolise la Terre comme faisant partie intégrante de l’Univers qui l’entoure.

    D’autres symboles décorant nos Ateliers, attestent encore que notre spiritualité est d’origine solaire : la Voute Étoilée, le Soleil et la Lune, l’Etoile flamboyante, la forme pyramidale du triangle, la référence à la Lumière etc. L’énergie cosmique y est aussi parfois suggérée par la présence d’un fil à plomb symbolisant l’Axe du monde sur le centre du Tableau de Loge. Sa verticalité est également représentée sur le décor des Premier et Second Surveillants. Ces symboles manifestent la présence du Grand Architecte de l’Univers. 

    La Voute Étoilée

    La Voute Étoilée composées de petites étoiles à cinq branches est un symbole égyptien. Peinte sur le plafond des tombeaux royaux, elle représentait le monde où séjournaient les dieux. Lorsque Pharaon, considéré par le peuple comme un dieu vivant, rejoignait, au crépuscule de sa vie, l’Orient éternel, une nouvelle étoile était censée s’allumer dans le ciel. En Egypte, il n’y a jamais eu d’autres formes d’étoiles que celles à cinq branches que nous observons au plafond de nos Ateliers. Dans nos Loges, les Travaux sont ouverts à la gloire du Grand Architecte de l’Univers que symbolise également cette Voute Étoilée.

    Tentons de comprendre pourquoi il importe que le plafond de notre Loge soit  rapidement garni d’étoiles, de quelques étoiles… de deux ou trois constellations maximum – car « ici, tout est symbole » – et pour autant que leur représentation soit correcte ! L’objectif est de maintenir le symbole à sa place, pas de provoquer des distractions  mais de susciter la réflexion.

    Une des caractéristiques de la Voute Céleste telle qu’elle est généralement représentée dans nos Loges, c’est qu’elle est étoilée… parfois trop ! Alors, combien de fois les regards de Frères assis sur les Colonnes se sont-ils perdus dans ce vaste champ sidéral ? Et que voit le nouvel Initié lorsqu'on lui enlève le bandeau qui lui recouvre les yeux si ce n’est – outre la Lumière de l’Orient – le Soleil, la Lune et ce vaste champ d’étoiles au-dessus de sa tête ?

    Une constante de l’activité maçonnique dans le Temple est la confrontation avec la Voute céleste et les astres. Un symbolisme de l’espace, la Voute Étoilée, représente la part céleste dans l’ensemble cosmique. Elle évoque le sacré, le passage du fini à l’infini, de la vie temporelle à la vie éternelle, mais elle nous fait aussi prendre conscience que nous sommes bien observateurs entre Zénith et Nadir.

    Les astres qui suivent leurs trajectoires harmonieusement combinées font penser inévitablement que c’est là que règne le Grand Architecte de l’Univers. Et le ciel est un symbole par lequel s’exprime la croyance en un Etre supérieur, créateur de l’univers, pure manifestation de la transcendance, de la puissance et de la pérennité. Pythagore ne s’était d’ailleurs pas trompé lorsqu’il parlait de l’harmonie des sphères, harmonie perçue comme « la juste consonance des parties au Tout en une céleste octave ».

    La Voute Céleste ou Étoilée fait naître dans nos Loges un sentiment de sécurité, et elle en fait une sorte de refuge. C’est dans cet espace entre Voute Céleste et Pavé mosaïque que le macrocosme et le microcosme se rejoignent et que la jonction en nous est possible. Sans doute nous montre-t-elle que la construction de notre Temple ne sera jamais terminée, mais elle témoigne également que la Franc-Maçonnerie n’entend pas limiter son travail à la seule connaissance mais s’adonner encore à la contemplation et à l’admiration de ce qui la dépasse. La Voute céleste étoilée reste une puissante source d’inspiration et pousse chaque Frère à s’élever par une irrésistible aspiration vers l’infini cosmique devant lui permettre de transcender sa condition d’homme.

    La Voute Étoilée surplombe le Pavé mosaïque, l’un reflétant l’autre. Et comme il est dit que ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, on peut alors y voir un symbole de multiplicité, une entrevue des infinies possibilités, des nombreux chemins possibles. Chaque étoile semble être similaire à une autre mais comme les humains, chaque être est différent et la richesse vient de la non-conformité, de la différence. Chaque étoile est une.

    Approche du symbolisme des étoiles

    Par leurs mouvements, les étoiles semblent déterminer la course du temps et mettre la vie au rythme du cosmos. Ce ballet sidéral, preuve manifeste d’une perfection extérieurement inaccessible, nous renvoie à l’intérieur de nous-mêmes.

    Les Francs-maçons n’ont-ils pas mis des étoiles dans la Voute Céleste de leurs Loges pour dire : « Vous êtes sur la Terre mais tout vous ramène au divin. C’est ce chemin-là que vous devez suivre, librement mais avec constance » ?

    Et ces étoiles ne seraient-elles pas l’expression de la promesse qu’au bout de l’obscurité il y a la Lumière, celle de la Connaissance ? N’y a-t-il plus clair appel à nous perfectionner ?

    Pour les Francs-maçons qui étudient la Voute Étoilée comme symbole et support à leur réflexion, elle est généralement considérée comme le symbole du ciel parsemé d'étoiles et visible de Midi à Minuit. Elle suggère l'infini, la progression spirituelle, le toit du Temple de Salomon ouvert à la connaissance et au progrès.

    C'est justement au nom de la connaissance et du progrès qu’ils récusent tout mythe consistant à prédire un hypothétique avenir à partir de l'observation des astres. Ne parlons donc pas de l'astrologie moderne qui est une imposture et une escroquerie.

    La Voute Étoilée couvre le toit du temple et en même temps brille de mille feux grâce aux étoiles, la Lune et le Soleil, de Midi à Minuit. Il n’y a pas de nuit noire dans la Loge pendant les Travaux : la Lumière y règne. Le ciel parsemé d'étoiles est infini à l'image de l'univers, infini mais borné ! C'est un paradoxe en effet pour le sens commun mais qui a une explication physique et rationnelle. Et du fait de cette infinité tout observateur à n'importe quel point de l'univers est au centre. Quel plus beau symbole d'égalité !

    Puissance du symbolisme de la Voute Céleste ou Étoilée

    Pour la contempler, nous levons haut la tête, symbole de volonté, de perfection et de liberté de l’Homme, car la Voute Céleste ou Étoilée, c’est le face à face avec l’incommensurable, la prise de conscience de l’infini qui est toujours bien présent dans notre vie mais qui, d’une certaine façon, perturbe nos esprits rationnels et limités qui se retrouvent parfois débordés par tant d’inconnu. Elle nous ramène sans cesse à notre dimension microcosmique face au macrocosme des « espaces infinis » dont le «silence éternel» effrayait déjà Pascal.

    Mais la voute proprement dite c’est aussi, du point de vue de la géométrie, un segment de la circonférence. Elle induit donc la notion de roue, de sphère et de cercle (illustrant l’esprit) en nous invitant à travailler avec le compas symbolisant l’intelligence.

    Mais c’est aussi une notion de mouvement : perdus au milieu d’un univers en perpétuelle mutation, nous n’échappons pas, nous non plus, au renouvellement. Nous y sommes sans cesse contraints dans la vie profane. Et, dans notre vie maçonnique, qu’avons-nous vécu d’autre lors de notre Initiation ou de notre Élévation ? Ce renouvellement qui nous est « naturellement » imposé est aussi le moteur du progrès, de l’évolution de l’Homme et corollairement de sa capacité d’adaptation à son environnement. Il existe donc bel et bien une dynamique de notre monde au sein de l’univers.

    La Voute Céleste illustre les orbites décrites par les astres dans le cosmos, les cycles de la nature et de la vie, le temps qui passe et ce grand tourbillon qui entraîne notre monde et nous avec lui. Parfaite illustration de la gravitation universelle, la Voute Céleste oscille entre Ténèbres et Lumière en évoquant le sens qui, du chaos, fait jaillir le monde. Cette Voute Céleste, c’est, par une illustration partielle, la révélation d’un tout : le témoignage que ce que nous voyons porte en soi ce qui nous est invisible, démonstration fulgurante des principes d’analogie et de dualité contenus dans l’aphorisme d’Hermès Trismégiste : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas pour faire des miracles d’une seule chose ».

    Depuis l’aube de l’humanité, l’Homme lève les yeux vers le ciel. Cette humanité a toujours été fascinée, intriguée, saisie de joie et de crainte, voire d’angoisse devant les manifestations de la Voute Céleste, sa grandeur et ses mystères insondables. L’Homme  l’a sacralisée et a essayé d’y comprendre et d’y édifier la création et de faire concorder ses vues étoilées, avec ses croyances. L’Homme exprimait ainsi une filiation mystérieuse avec l’univers, le cosmos. Il y a vu la demeure des divinités, chaque peuple y a mis et y met toujours ce qu’il veut.

    Dès l’origine des temps, la contemplation du ciel étoilé d’une nuit sans nuages a conduit l’homme à s’interroger sur lui-même et sur sa place dans l’univers. Dès que son évolution a donné à son cerveau l’accès à l’abstraction et l’a fait passer de l’état de primate animal à celui d’être doué de conscience, la vision de l’immensité étoilée l’a porté à se demander : d’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Comment suis-je ici et, surtout, pourquoi suis-je ici ?

    C’est l’observation du firmament qui a conduit l’être doué de conscience à donner les premières réponses à ses interrogations. Admiratif et effrayé par sa splendeur et son immensité, il y a projeté ses questions et cherché les réponses à ses préoccupations infiniment petites dans cet infiniment grand.

    En architecture, la voute est présente dans tous les édifices religieux. La voute, ou ce qui la représente dans la nature ou dans les œuvres de l’homme, joue un rôle métaphysique important. Elle est présente dans tous les lieux privilégiés où, de tout temps, l’homme a cherché à établir une relation avec le divin. Elle a un caractère magique. L’envoutement y fait du reste étymologiquement référence. La voute subjugue et fascine celui qui la contemple.

    Dans nos Loges, espace à trois dimensions, la voute est figurée au plafond du temple et, en son milieu, descend – théoriquement – le Fil à plomb constituant l’axe du monde. La voute est, bien plus qu’un arc de cercle, un dôme tout entier, tracé à sa base par le cercle qui englobe l’humanité toute entière, pour l’inviter à s’élever au-dessus de son monde terre-à-terre et se rapprocher du divin.

    Qu’elle soit naturelle ou création de l’homme et constituée du toit du temple, la voute impose la notion d’une séparation entre la terre et le ciel, entre le dedans et le dehors, entre le visible et l’invisible, entre le matériel et l’immatériel, entre l’humain et le divin.

    Dans la symbolique maçonnique dévolue au ciel et à la terre, cette dualité se retrouve : la Loge est couverte par la Voute Étoilée. Incluse dans le Pavé mosaïque, la terre reflète en partie, comme ses étendues d’eau, les étoiles tracées sur la Voute. Notre architecture, en même temps, rappelle les correspondances que les Maçons cherchent à établir entre elles, puisque le parcours initiatique conduit le Profane de la terre où il se meurt, au ciel où il s’accomplit.

    La Voute est la séparation entre l’obscurité dans laquelle nous sommes plongés et dans laquelle nous évoluons à tâtons et le ciel, domaine de la divinité et de la lumière absolue. Elle nous invite à nous réunir pour avancer ensemble dans notre nuit vers la Lumière, dont nous percevons les traces par la contemplation du firmament.

    Le symbolisme de la Voute Étoilée ne rappelle-t-il pas au Maçon que sa quête de la Vérité et de la Lumière doit se diriger dans cette direction ? N’est-elle pas aussi là pour le guider ?

    La Voute Étoilée, symbole d'unité

    Dans cette Voute Étoilée, nous pouvons imaginer, par reflet, les Francs-maçons éparpillés sur toute la surface de la Terre, mais aussi les Frères passés à l’Orient Éternel, tous ensemble sur la carte du ciel, les plus humbles comme les plus illustres, les plus pauvres comme les plus riches ; le dernier Initié, comme le premier, mort depuis des lustres. C’est une chaine d’union à travers les âges, à travers l’espace et le temps qui relie les cœurs et les âmes appelant puissamment l’Égrégore.

    Ne peut-on y voir aussi une représentation de toutes les loges du monde, chaque étoile symbolisant une loge allumée, une loge au travail au nom de la Franc-maçonnerie universelle ? Par toute la Terre, il est toujours Midi ou Minuit quelque part, une Loge s’ouvre, une autre clôt ses Travaux, une autre, peut-être, s’éteint.

    Que ce ciel étoilé nous rappelle ainsi la fin des Travaux lorsque nous rentrons contents et satisfaits, et que nous en avons retiré profit et joie.

    La Voute Étoilée, source de méditation

    Les ciels des temples maçonniques sont normalement bleus, cloutés d'étoi­les. Un bleu tendre et clair, le bleu des Loges bleues et des cordons de Maître (au Rite français !), un bleu de plein jour. Point de nuit au-dessus de nos têtes, mais les étoiles rendues visibles de Midi à Minuit par la Lumière de la Loge !

    Jean-Marie Ragon de Bettignies explique que « la Voute du Temple est azurée et étoilée comme celle des cieux, parce que, comme elle, elle abrite tous les hommes, sans distinction de rang ni de couleur ».

    Même ceux qui ne savent presque rien de la Franc-Maçonnerie rattachent à notre tradition le symbolisme du Temple inachevé, à ciel ouvert. Ils vous diront, avec ou sans ironie, que les Francs-maçons prétendent élever une construction déclarée par eux-mêmes interminable, ce qui permet de ne point juger trop sévèrement l'apport de chacun. Le langage courant a d'ailleurs adopté, en la galvaudant, notre expression «apporter sa pierre à l'édifice». Malheureusement, il s'agit bien souvent de saluer par cette formule toute faite la touchante bonne volonté de celui qui n'a pas abouti faute de temps, de moyens ou d'envergure.

    Ayant posé le principe fondamental qu'aucune limite ne peut être mise à leur recherche de la Vérité, les Francs-maçons ne veulent donner de la tête dans aucun plafond. Si l'ambition de la Loge était philosophique, scientifique, sociale, ce serait avoir là beaucoup d'orgueil et de présomption. Mais l'ambition de la Loge symbolique, régulière et traditionnelle, est initiatique. Il s'agit, au bout du chemin, de ne point se retrouver tel qu'on était au départ, sans que la nature des transformations intérieures de chacun ait été prescrite, voulue ou obtenue par quiconque. Aucun conditionnement : la diversité des Maçons, de leurs comportements, de leurs idées, en est la preuve. Donc, point de toit, car point de dogme. Point de couverture au-dessus des têtes, mais seulement la Voute Céleste avec ses étoiles visibles en plein jour. Ainsi la Loge travaille à ciel ouvert et nous trouvons là un second trait commun à la très grande majorité des Francs-Maçons : ils se veulent solidaires du cosmos. 

    La Voute Étoilée, en plus de mettre l’homme au centre du cosmos, doit apporter à nos Travaux une autre dimension. En effet, depuis la nuit des temps, et quelle que soit la latitude sous laquelle il réside, l’homme regarde et interroge cette voute lointaine. La contemplation d’un ciel étoilé donne une grande quiétude et une remarquable sérénité d’esprit. Elle incite, non pas à la rêverie, mais plutôt à la méditation.

    Pour Jules Boucher, « la voute constellée des temples maçonniques est en même temps que le symbole de son universalité, celui de sa véritable transcendance ». Cette représentation du cosmos qui plane au-dessus de nos têtes durant nos Tenues, doit nous apporter sérénité et humilité. La contemplation d’un tel espace nous rappelle l’écart, selon la définition de Pascal, entre l’infiniment grand et l’infiniment petit. Ainsi le Franc-maçon doit-il rester humble face aux éléments, et apprécier justement la place de l’homme dans l’univers …

    La Voute qui s’élève au-dessus de nos têtes constitue la frontière entre le monde matériel, qui nous est accessible, et le monde immatériel, qui nous est inconnu et vers lequel se dirigent nos interrogations. Dans toute Loge régulière, la voute est symboliquement celle du ciel. Elle y apparaît semée d’étoiles sur fond bleu. Les étoiles représentées au plafond de la loge sont une image du cosmos, terme venant du grec et désignant tout à la fois le Monde, l’Univers, la Création. Leur présence rappelle que le Travail maçonnique s’accomplit à la frontière du visible et de l’invisible, dans un monde intermédiaire qui sépare le terrestre, domaine du limité, du royaume de la divinité, domaine de l’infini.

    La Voute Étoilée, visible de l’intérieur de la Loge témoigne d’une part que les murs de la loge n’ont pas la prétention de s’élever jusqu’au ciel, mais d’autre part que le Maçon ne limite pas son travail à une connaissance de soi, à ce qui est terre-à-terre, mais aussi à la contemplation et à la recherche de ce qui le dépasse, de ce qui le surpasse, de ce qui se trouve dans le monde de l’invisible, au-delà de la Voute Étoilée. Les étoiles brillent en Loge comme autant de parcelles de la lumière céleste qui protège et guide les chercheurs de Vérité sur le chemin de la Connaissance. Cette représentation du cosmos enseigne aussi que l’action de la divinité ne se borne pas seulement au monde qui est le sien pour celui qui sait devenir une étoile vivante. Ce qui est en haut existe aussi ici-bas. La Voute Étoilée est le trait d’union entre l’humain et le divin d’une part, entre la divinité et l’humanité d’autre part.

    La référence à la Voute Étoilée nous invite à méditer sur le plan spirituel. Elle favorise notre réflexion. Sa contemplation nous ramène à notre juste dimension dans l’immensité de la Création. Elle nous porte à donner aux choses d’ici-bas la relativité qui est la leur. Ne dit-on pas souvent que la nuit porte conseil ? La Voute qui est présente dans nos Loges repose sur les murs de la loge. Cela ne signifie pas que notre loge a la prétention de s’élever à la hauteur du divin. Nos murs supportant la Voute Étoilée sont là pour inviter le Maçon à diriger sa recherche de la Lumière dans cette direction, puisque son travail ne se limite pas à la connaissance de soi, mais aussi à la recherche de ce qui le dépasse.

    En guise de conclusion provisoire...

    La construction du Temple restera toujours inachevée, et le travail toujours en cours. L’homme ne peut faire table rase de son histoire et grandit en l’assimilant, évitant de reproduire les erreurs du passé tout en conservant son esprit d’initiative, sa liberté d’entreprendre, sa puissance créatrice. Le travail de chacun vaut ce qu’il vaut. Chaque Franc-maçon transmet ce qu’il reçoit et apporte ce qu’il peut. Aucune limite ne peut être mise à la recherche de la Vérité. Point de toit à notre Respectable Loge car point de dogme : ni philosophique, ni scientifique, ni social. 

    Trois idées me paraissent dominer le symbolisme de la Voute Étoilée : la relativité des choses, la relativité du temps, les différents aspects de la Lumière : Lumière – séparation : jour / nuit et saisons ; Lumière – génération : ascendante et descendante qui permet la Renaissance ; Lumière – harmonie : opposant ordre et chaos ; Lumière – orientation : étoile guide ; Lumière – illumination qui nous fait sortir des Ténèbres ; Lumière créatrice : année de Vraie Lumière.

    Pour moi, la Voute Étoilée semble un des plus riches de tous les symboles présents dans toute Loge maçonnique. Il reprend les notions de la dualité, au même titre que le Pavé mosaïque, de relativité des choses, du continuum de la révolution temporelle et de la genèse de la vie, de la verticalité. Le Fil à plomb qui part théoriquement de la Voute Étoilée pour la transmission de l’énergie cosmique m’apparait alors comme un signe d’espoir. 

     

    R:. F:. A. B.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :